Aller au contenu principal
FR
Notre bijouterie
78, avenue de Suffren
75 015 PARIS

01 43 56 03 01 Contact Carte

Histoire des bijoux anciens

Un peu d’histoire…

Les bijoux anciens sont les témoins de leur époque. Les bijoutiers sont des artistes et leurs créations sont inspirées des tendances de leur temps. Ils suivent et parfois devancent les grands mouvements qui affectent les autres arts comme l’architecture, la peinture ou la sculpture par exemple.

C’est pour cela que les styles sont facilement identifiables.

Nous considérons anciens les bijoux antérieurs aux années 60. C’est, nous le reconnaissons, un parti pris mais il est partagé par la plupart de nos confrères, experts en bijoux anciens.

Le bijou Art-Nouveau (1892-1910)

A cette époque, le naturisme ou le modern style est en vogue. Il renverse les idées reçues sur ce que doit être un bijou en cette fin de XIX siècle et par conséquent rompt avec le classicisme.

La nature est représentée sous toutes ses formes et sublimée par des artisans de grand talent. Insectes, plantes, fleurs, reptiles, tout devient sujet pour les artistes.

Les bijoutiers, pendant l’exposition universelle de 1900, Sandoz, Boucheron et René Lalique remportent un grand succès.

Ce mouvement lassera assez vite puisque dès 1902, il est victime de critiques virulentes de la part de nombreux artistes qui lui reprochent de se contenter de représenter la nature.

Le bijou Art-Déco (1910-1935)

Bague art-decoEn rupture avec l’Art-Nouveau et cédant au désir de simplicité, de symétrie et d’ordre esthétique, un mouvement émerge et s’affirme à partir de 1910 mais c’est après la première guerre mondiale, en 1925, lors de l’exposition internationale des arts décoratifs que le style Art-déco s’impose. La femme moderne se pare de bijoux modernes !

Les nouveaux bijoux sont sertis de pierres précieuses ou semi-précieuses inutilisées auparavant. Leurs tailles sont tout aussi originales, elles suivent les formes géométriques des vêtements et des accessoires. Et le platine s’impose en maitre.

Les grands joaillers dessinent des bijoux aux lignes pures. Cartier, Boucheron, Van Cleef and Arpels, Mauboussin ou Templier sont à la pointe de la créativité de ces années.

Voici un bel article paru dans Vogue ICI

Bague art-deco

Le bijou des années 40 – La période tank

Bague TankEn raison du début de la Seconde Guerre mondiale en 1939, le platine se raréfie et l’or redevient le métal des joailliers. On l’utilise souvent rose et les créateurs se servent des variations de couleur de l’or pour donner des effets de contraste (or jaune et rose). Une nouvelle tendance s’affirme et des nouveaux bijoux font leur apparition, l’heure est à l’exubérance et d’imposantes créations émergent des ateliers des créateurs. On reste dans l’abstraction de l’Art-Déco, même si des représentations de la nature subsistent ici et là.

De larges et lourds bracelets en or souvent à maillons géométriques, des boucles d’oreilles surdimensionnées et d’imposantes bagues se côtoient dans les vitrines de la rue de la Paix.

Bracelet Tank

Le bijou des 50’s

Boucles d'oreilles 50'sLa période d’après-guerre est caractérisée part une importante croissance économique qui conduit à l’émergence d’une classe moyenne supérieure en grande demande de bijoux. L’offre des joailliers des années 1950 reflète cette nouvelle prospérité en mettant en vedette une abondance de pierres précieuses. Encore une fois, ce sont les diamants qui s’imposent. C’est en 1948 que la DeBeers dévoile son slogan publicitaire encore célèbre «Les diamants sont éternels… Dans les années 1950, les bijoux conservent l’esprit des années 40 mais leur réalisation s’allège, les bracelets s’affinent, les montures font la part belle aux pierres précieuses.

 On tresse l’or afin de lui apporter de la légèreté et de rompre avec l’aspect solide et volontairement lourd du style tank. Le platine fait son retour et reprend sa place de choix pour la réalisation des pièces importantes serties de pierres d’exception.